Santé au quotidienPhobiesÉmétophobie : Phobie de vomir, que faire ?

Émétophobie : Phobie de vomir, que faire ?

L’émétophobie ou la peur de vomir est un trouble anxieux qui peut provoquer des angoisses irraisonnées chez les personnes atteintes. Comment se manifeste l’émétophobie ? Quelles peuvent être ses causes ? Focus sur une phobie du vomi qui peut avoir de lourdes conséquences sur la santé générale du phobique.

Définition : c’est quoi l’émétophobie ?

L’émétophobie est donc la phobie du vomi, mais elle ne concerne pas uniquement la crainte de vomir. Les patients atteints d’émétophobie ont aussi peur de voir vomir quelqu’un ou même de l’entendre. Penser à des vomissements ou à des nausées entraîne une angoisse incontrôlée, provoquant une attaque de panique et une anxiété excessive.

Les victimes d’émétophobie ont peur que les vomissements ne s’arrêtent jamais et de perdre le contrôle. Malheureusement, cette angoisse, souvent banalisée, peut aussi faire le jeu de moqueries aux graves conséquences comme la honte, la culpabilité ou la perte d’estime de soi.

D’où vient le nom ?

Le terme émétophobie vient du mot grec étymon qui signifie vomissement et phobos qui désigne la peur. La personne atteinte d’émétophobie est dite émétophobe. Cette phobie fait partie des nombreux types de phobies telles que l’agoraphobie (la peur des lieux publics), l’arachnophobie (la peur des araignées) ou encore la clinophobie (peur de se mettre au lit).

Combien de personnes ont l’émétophobie en France ?

Bien que peu connue, c’est pourtant l’une des phobies les plus fréquentes, puisqu’elle est classée comme la troisième phobie la plus courante après la phobie sociale et l’agoraphobie. En France, la peur de vomir touche près de 0.1 % de la population, dont une majorité de femmes et principalement des adolescents.

Quelles sont les causes ?

De multiples causes peuvent expliquer l’apparition des troubles anxieux. La cause la plus fréquente vient d’un traumatisme de l’enfance en lien avec le vomissement qui n’a pas été dépassé. Cela peut être un événement traumatique dont l’enfant a été victime ou dont il a été le témoin, comme :

  • Une gastro-entérite ou des troubles digestifs sévères.
  • Une situation d’étouffement par inhalation de vomi.
  • Une maladie ou d’un traitement de chimiothérapie qui s’accompagne de vomissements récurrents.
  • Une agression qui a provoqué un réflexe nauséeux.

L’origine de l’émétophobie peut aussi être d’ordre génétique, mais aussi éducatif avec un mimétisme phobique.

Les émétophobes n’ont pas toujours conscience de l’élément déclencheur, car il peut être masqué par la mémoire traumatique. Lorsque c’est le cas, certaines méthodes thérapeutiques comme l’hypnose sont recommandées pour trouver la cause réelle de cette peur intense et la traiter.

Comment reconnaître les symptômes de l’émétophobie ?

Les symptômes de la phobie sont propres à chacun et vont généralement crescendo, jusqu’à devenir un réel danger pour la santé des patients. Cela peut se traduire par :

  • Des tremblements, des vertiges, une transpiration excessive ou encore un profond malaise à l’idée de vomir ou de voir vomir quelqu’un.
  • Un lavage de main compulsif qui s’il ne peut avoir lieu entraîne une anxiété généralisée.
  • Des crises de panique.
  • De l’évitement social, surtout en période de gastro-entérite qui peut amener vers une anxiété sociale et un état dépressif.
  • Un évitement alimentaire qui se traduit par des restrictions alimentaires entraînant une anorexie et donc de graves carences.
  • La crainte de tomber enceinte pour ne pas subir les nausées et vomissements en début de grossesse, mais aussi parce que l’idée même de voir son bébé vomir est insoutenable.
  • Un évitement de toute consommation d’alcool, mais aussi des situations sociales ou des pratiques sportives pouvant donner des nausées.
  • Des crises d’anxiété à chaque fois que le moindre symptôme physique fait son apparition comme des gargouillis.

Ainsi, une peur de vomir qui occasionne un isolement social, une perte de poids, voire une maigreur, des carences ou une souffrance physique et psychique importantes, nécessite une consultation médicale.

Que faire pour vaincre la phobie des vomissements ?

Poser un diagnostic sur ce trouble est important, mais parfois difficile. Les personnes souffrant d’émétophobie éprouvent souvent de la honte et ont dû mal à entamer les démarches thérapeutiques.

Pourtant, diagnostiquer la cause des phobies précocement permet de comprendre le mécanisme anxieux et évite que les angoisses prennent de l’ampleur.

Si vous souffrez d’émétophobie, le professionnel de santé : médecin traitant, psychologue ou psychiatre fera une analyse de vos symptômes et vous proposera le traitement le plus adapté pour traiter cette peur intense du vomi. Plusieurs traitements peuvent être envisagés.

  • Un traitement naturel tel que la phytothérapie :
    • des huiles essentielles en inhalation ou en massage de lavande vraie, camomille romaine ou marjolaine ;
    • des gélules de rhodiola, valériane ou passiflore pour les actions sédatives ;
    • des compléments alimentaires pour diminuer l’état anxieux.
  • Un traitement médicamenteux à base d’anxiolytiques si les symptômes sont fortement handicapants.
  • Une psychothérapie pour comprendre l’origine de votre malaise. Les thérapies cognitives et comportementales (TCC) sont particulièrement appropriées pour faire disparaître ces peurs phobiques. À travers un programme personnalisé, le patient apprend petit à petit à se désensibiliser face à l’objet phobique, tout en travaillant sur la déconstruction des émotions négatives.
  • L’hypnose ericksonienne aidera à lever les blocages inconscients, à vous détendre et atteindre un bien-être général.
  • Une thérapie analytique peut faire remonter le blocage grâce à la parole. Celle-ci va permettre de faire l’association entre vos crises d’angoisse et des conflits ou des traumatismes antérieurs.
  • Une thérapie EMDR qui permet de nettoyer sa mémoire traumatique grâce à des associations de pensées, de sensations ou d’émotions.

Toutes ces thérapies sont parfaitement adaptées pour le traitement des phobies et des troubles obsessionnels compulsifs (TOC) qui les accompagnent souvent. Cependant, en parallèle, vous pouvez également calmer votre angoisse avec des méthodes de relaxation. La relaxation vous permettra d’accepter vos émotions et donc de gérer plus facilement une crise de panique.

Parmi les méthodes les plus efficaces, la cohérence cardiaque présente l’avantage de vous apprendre à canaliser votre respiration et votre rythme cardiaque et éviter l’hyperventilation. La médiation de pleine conscience peut compléter la méthode précédente.

La médiation vous permettra de vous ancrer dans l’instant présent et ainsi accueillir vos obsessions avec détachement.

N’hésitez pas à tester plusieurs méthodes et thérapies pour trouver celle qui vous convient. Les médecins recommandent généralement de commencer par traiter les causes profondes avec l’hypnose, l’EMDR ou la thérapie analytique. Pour ensuite, entamer un suivi psychothérapeutique.

Pour conclure : avoir peur du vomi ne doit pas vous faire rougir ni être une gêne. Vous n’êtes pas seul à souffrir de ce type de phobie. Si vous avez dû mal à sortir ou à en parler à votre entourage, sachez qu’il existe des groupes de paroles dédiés aux personnes émétophobes. N’hésitez pas à vous inscrire sur un forum en ligne ou à contacter les associations concernées.

[td_block_15 limit="6" category_id="_related_cat"]