Santé au quotidienPhobiesBrontophobie ou la peur du tonnerre c’est quoi ?

Brontophobie ou la peur du tonnerre c’est quoi ?

La brontophobie qui est la peur du tonnerre est généralement associée à deux autres phobies spécifiques : la kéraunophobie (peur de la foudre) et l’astraphobie (peur des orages). La particularité de cette peur irrationnelle du tonnerre est qu’elle touche les enfants, les adultes, mais aussi les animaux. Comment se manifeste la brontophobie ? Quels traitements permettent de ne plus avoir peur du tonnerre ? Focus sur une phobie bien plus courante qu’on ne le pense.

Définitions de brontophobie

Lorsque le ciel s’assombrit et que l’orage éclate, bon nombre d’entre nous ressentent une angoisse diffuse et sursautent au moindre grondement du tonnerre. Mais si cette légère peur n’impacte pas notre quotidien, chez les personnes atteintes de brontophobie, les symptômes sont tout autres.

La brontophobie, qui fait partie des phobies les plus fréquentes chez les enfants, provoque alors une angoisse profonde non pas au coup de tonnerre, mais dès que le ciel s’obscurcit.

D’où vient la peur des orages ?

D’où vient la peur des orages ?

Bien avant que la science ne puisse expliquer ce phénomène météorologique qu’est le tonnerre, nos ancêtres ont très longtemps vécu dans la terreur. Châtiments divins, fin du monde, de nombreux mythes et légendes ont entouré ces manifestations climatiques.

La brontophobie chez l’enfant

La brontophobie est très fréquente chez l’enfant et elle est d’ailleurs très légitime. Le tonnerre qui gronde au-dessus des maisons dans un bruit assourdissant, peut terrifier même le plus aguerrit des enfants, surtout quand s’il ne comprend pas ce qu’il se passe.

Il arrive alors fréquemment que les enfants se mettent à crier, à pleurer et aillent chercher refuge auprès des adultes. L’angoisse qui les tenaille et qui peut même se transformer en attaque de panique ne doit pas être prise à la légère. L’enfant vit une peur intense et même si elle vous semble irrationnelle, elle ne l’est pas pour lui. Pour éviter que ces peurs ne se transforment en véritable phobie, il est essentiel que les parents prennent le temps de rassurer leur enfant.

Si votre enfant fait une crise de panique, expliquez-lui le fonctionnement de l’orage et du tonnerre et dites-lui bien que c’est un phénomène très naturel. Pour faire diversion, amusez-vous ensemble à calculer la distance qui vous sépare de l’orage. Comptez les secondes entre l’éclair et le tonnerre et multipliez-les par 350 (vitesse du son/seconde). Si la situation devient un jeu, l’enfant va s’apaiser et finira par de plus avoir peur du tonnerre.

La brontophobie à l’âge adulte

Malheureusement, beaucoup de parents souffrent aussi de brontophobie et ils ne seront donc pas en mesure de rassurer leurs enfants. Si les enfants vont pouvoir mettre en place des comportements d’évitement, la situation s’avère plus compliquée lorsque le trouble panique touche des adultes.

Chez l’adulte, cette anxiété généralisée trouve souvent sa source dans un traumatisme de l’enfance ou de l’adolescence. Des parents qui vous ont laissé seul face à vos peurs et angoisses. Un événement traumatique lié à un bruit fort ou qui s’est passé une nuit d’orage, etc.

La brontophobie chez les animaux

la peur de l'orage chez les animaux

Les animaux aussi peuvent avoir peur de l’orage et développer une phobie face au tonnerre. Ils deviennent souvent très anxieux dès les premiers changements dans la pression atmosphérique. Ainsi, avant même l’arrivée de l’orage, les animaux commencent à manifester des comportements d’anxiété généralisée et vont chercher à se cacher de ce qu’ils prennent pour une menace.

Si votre animal de compagnie montre des signes d’anxiété (repli, agressivité, tremblements, etc.), évitez de lui donner une gâterie pour qu’il ne pense pas que son comportement anxieux soit positif. Par contre, n’hésitez pas à le rassurer pour qu’il se sente en sécurité.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes de la peur du tonnerre sont communs aux autres phobies telles que l’émétophobie (phobie de vomir), la phobie sociale (peur du regard des autres) ou encore l’arachnophobie (peur des araignées).

Dans le cas de la brontophobie, les premiers signes du trouble anxieux sont caractéristiques. Les personnes phobiques ont tendance à penser que le bruit du tonnerre peut briser une vitre, que l’éclair peut tomber à l’intérieur de la maison, etc. Ainsi, dès qu’un éclair zèbre le ciel, les personnes souffrant de brontophobie développent des symptômes anxieux d’ordre physique, comportemental et cognitif.

  • Les symptômes physiques : sueurs, tremblements, nausées, palpitations cardiaques, difficultés à respirer. La crise d’angoisse peut même entraîner une perte de conscience.
  • Les symptômes comportementaux : le phobique suit avec obsession tout les bulletins météo, jusqu’à refuser de sortir s’il n’est pas sûr du temps qu’il va faire. Il peut par ailleurs développer une sorte d’agoraphobie (crainte des lieux publics) à l’idée de faire des attaques de panique en public. Pendant l’orage, la personne phobique va bien sûr mettre en place un comportement d’évitement, allant jusqu’à se cacher dans un placard.
  • Les symptômes cognitifs : la peur exagérée du tonnerre va pousser le phobique à imaginer les pires scénarios avec la peur de perdre le contrôle.

Comment traiter la brontophobie

Comment traiter la brontophobie

Pour vaincre ce type de phobie, il suffit parfois de comprendre le processus qui déclenche le tonnerre et chez l’adulte, comme chez l’enfant compter les secondes. Généralement l’orage éclate en pleine nuit, décuplant cette sensation d’insécurité. Essayez de rester calme en pratiquant quelques exercices de relaxation. La sophrologie, la cohérence cardiaque et la méditation de pleine conscience sont des disciplines très pertinentes pour vous aider à canaliser votre peur excessive du tonnerre.

Ponctuellement, vous pouvez demander à votre médecin qu’il vous prescrive des anxiolytiques ou des antidépresseurs. Mais l’intérêt d’un traitement médicamenteux reste à court terme.

Si vos troubles anxieux persistent, il est préférable d’avoir recourt à une psychothérapie. Dans le traitement des phobies, trois thérapies donnent d’excellents résultats.

  • La thérapie comportementale et cognitive (TCC) : le thérapeute va petit à petit amener son patient à affronter son sujet d’angoisse et à modifier son comportement face à ses peurs. Le spécialiste peut coupler sa méthode thérapeutique avec la réalité virtuelle ou encore l’analyse fonctionnelle.
  • L’hypnose : cette technique travaille sur le subconscient pour aller chercher les racines de cette peur phobique pour ensuite lever les blocages traumatiques.
  • L’EMDR : cette thérapie traite le trouble d’anxiété, les TOC (trouble obsessionnel compulsif) et le syndrome de stress post-traumatique grâce à des stimuli visuels. D’ailleurs, c’est une thérapie très recommandée pour soigner l’angoisse aussi chez les animaux par désensibilisation.

Pour conclure : avoir une phobie du tonnerre ne doit pas être source de gêne pour vous. Vous n’êtes pas seul à souffrir de cette peur irraisonnée. En cas d’orage, voici quelques conseils : débrancher les appareils électriques, évitez de toucher les pièces métalliques et ne prenez pas de douche. Si vous êtes à l’extérieur : éloignez-vous des arbres et des étendues d’eau, n’utilisez pas de parapluie, ne courez pas et ne vous abritez pas sous un hangar métallique. Si vous êtes en voiture, vous ne risquez rien.

[td_block_15 limit="6" category_id="_related_cat"]